top of page

APPRENDRE À DIRE NON SANS CULPABILITÉ


dire-non

Écoutez cet épisode sur



Apprendre à dire non sans culpabilité. Facile à dire, mais difficile à faire. Mais saviez-vous qu’au fond, en disant non à quelqu’un ou quelque chose, vous dites oui à vous-même ou à quelque chose de plus important? Apprendre à dire non alimentera positivement votre productivité, votre concentration et ça améliorera très certainement la gestion de votre temps. Dans cet épisode, nous abordons des thèmes comme la gestion des priorités, l’écoute de l’intuition, la gestion de l’horaire et de la fameuse peur de manquer quelque chose (fear of missing out – FOMO). En bonus, je partage 3 phrases toutes faites que vous pourrez utiliser la prochaine fois que vous voudrez refuser quelque chose de façon polie. Mon but ici n’est pas uniquement de vous apprendre à dire non. Je veux surtout vous apprendre à comprendre pourquoi vous dites non afin que vous vous donniez la permission et que vous vous éloigniez de ce sentiment de culpabilité.


Si vous voulez écouter l'épisode complet et obtenir encore plus de détails, rendez-vous sur votre plateforme favorite: Apple Podcast ou Spotify.



Je vous mentirais si je vous disais que j’ai de la facilité à dire non. Même si je me donne la permission de le faire depuis un certain nombre d’années, c’est encore difficile pour moi de refuser. Pourquoi? Parce que j’ai peur de déplaire ou de blesser les autres ou de passer à côté de quelque chose. Toutefois, depuis que j’ai cessé de dire oui à tout et que j’ai commencé à dire non, de grands changements se sont opérés dans ma vie. En d’autres mots, c’est comme si je me sentais plus puissante.


L’épisode d’aujourd’hui, c’est un épisode où je risque d’aller toucher des cordes sensibles. Certains éléments vont peut-être même vous choquer ou vous vous direz peut-être « oui mais ça, ça ne s’applique pas à moi ». Gardez en tête que je ne veux pas vous froisser, ni vous imposer quoi faire. Je veux seulement vous aider et vous offrir les différentes possibilités. Si vous avez l’impression que votre vie, ou que votre horaire déborde actuellement, cet épisode vous sera très utile pour apprendre à dire non sans culpabilité.


1. Dire non, c’est se dire oui à soi-même.

Si vous dites non à une opportunité qui se présente à vous pour vendredi soir prochain, peut-être que le vendredi venu, n’ayant rien à l’horaire, vous pourrez souper tranquillement en famille, aller au restaurant en amoureux ou prendre le temps de lire … ou de vous coucher plus tôt. Alors dites-vous que lorsque vous dites non, c’est que vous vous dites oui – même si vous ne savez pas encore à quoi vous dites oui. Pour vous aider à vous déculpabiliser, vous pourriez même inscrire les dates des activités que vous avez refusées et le jour venu, regarder comment vous avez utilisé votre temps à la place. Mon objectif ici n’est pas de vous dire de dire non à tout et de rendre votre vie terne. Si votre meilleure amie vous propose un souper vendredi soir prochain et que vous mourez d'envie d'y aller - allez-y!


D’ailleurs, ça m'amène à vous parler de votre petite voix intérieure, appelée aussi l'intuition. J'en ai parlé un peu dans l'épisode 19 et j’aurai certainement l'occasion de vous en parler davantage éventuellement, mais cette petite voix-là, c’est elle qui détient la vérité à savoir si vous devriez dire oui ou non à ce qu’on vous propose. Souvent, nous décidons en fonction de notre tête, et c’est lorsque nous décidons avec notre tête qu’on se dit « je ne peux pas lui dire non, ça va la décevoir ou la blesser » ou bien « je ne peux pas dire non, tout à coup que je manque quelque chose ». Votre petite voix connaît la réponse, et si vous avez de la difficulté à entendre la voix de votre intuition, essayez ceci : If it’s not a "hell yes", it means it’s a "no". Si ce n'est pas un « OUI TELLEMENT », alors c'est un non.


2. L’importance de connaître ses priorités.

C'est bien beau de parler d'intuition et vous allez d'ailleurs m'entendre aborder ce sujet de plus en plus. Cependant, je peux comprendre que dans le monde où nous vivons, ce n'est pas la chose la plus valorisée, ni la plus concrète. Si vous souhaitez avoir une raison solide pour dire non et comprendre rationnellement pourquoi vous devriez dire non, commencez par clarifier vos priorités, puis passez chaque demande et opportunité à travers un filtre.

Je vous donne quelques exemples. Si votre priorité de la semaine est de finaliser un rapport important, refusez les tâches et les réunions qui ne sont pas en lien avec ce projet. Si toutefois votre priorité du mois est de passer plus de temps en couple, dites non aux 5 à 7 de bureau, refusez le client qui vous demandera de travailler en soirée, et reportez à plus tard le weekend entre amies qui vous est proposé.

Mon webinaire gratuit sur la gestion des priorités pourrait vraiment vous aider si vous avez envie de plonger plus en détails dans ce thème et ainsi apprendre à dire non sans culpabilité. Parce que quand on sait pourquoi on dit non, c’est beaucoup plus facile de l'affirmer (car nous avons une excuse mentalement justifiable – même si dire non ne requiert pas nécessairement toujours de justification) et ainsi, nous nous sentons moins coupable.



3. Une absence d’engagements n’est pas nécessairement un horaire vide.

Je sais que j'en parle souvent et c'est très volontaire, mais ce n'est pas parce que votre horaire du mercredi est vide d'engagements que vous ne ferez rien de votre journée. Justement, une journée sans réunion est, à mon avis, le rêve ultime, car nous disposons d'une grande quantité de temps à notre disposition, ce qui permet de se plonger dans des dossiers plus complets et complexes. Une journée sans réunion, c'est très payant.

Donc, si vous n'avez aucun engagement à l'horaire du mercredi et qu'on vous propose soudainement quelque chose pour ce jour-là, ce n'est pas parce que votre horaire est vide que vous êtes disponible. C'est pour cette raison que je vous encourage fortement à définir à l'avance la journée durant laquelle vous accomplirez vos tâches. Car si vos tâches sont planifiées, il se peut que vous n'ayez effectivement pas de rendez-vous le mercredi, mais vous verrez clairement que vous serez occupée toute la journée... donc que vous n'êtes pas disponible. Vous pouvez ainsi constater que vous pourrez dire non avec plus de facilité et moins de culpabilité.

4. FOMO (fear of missing out)

Savoir clairement quels sont vos objectifs, vos priorités et même votre mission de vie vous permettra de surmonter la peur de manquer des opportunités parce que vous allez suivre un chemin précis. En mai, j'ai décliné une invitation à un podcast et une proposition de collaboration, car elles ne correspondaient pas à mes ambitions à long terme. J'ai également refusé de participer à une conférence en entreprise pour concentrer mon énergie sur des objectifs plus importants. Même si de nouveaux clients et des appels de réseautage semblaient attrayants, j'ai préféré dire non pour préserver mon équilibre et me consacrer à ce qui compte vraiment pour moi. Si j'avais dit oui à tout ceci, il aurait fallu que je dise non à mes journées flexibles ou à mon vendredi de congé.


5. Quelques phrases toutes faites à utiliser pour apprendre à dire non sans culpabilité

  • Merci d'avoir pensé à moi ! Laissez-moi regarder mon horaire et je vous reviens. Cette phrase est idéale pour les personnes qui disent oui à tout, tout le temps. Ça permet également de revenir avec une réponse écrite, donc ça crée une distance tout en pouvant se relire avant l'envoi.

  • Je suis très flattée par votre offre, mais je travaille présentement sur un gros projet (le nommer si nécessaire) et je m’y consacre entièrement. Je ne serai donc pas disponible OU revenez-moi dans 3 mois. À utiliser si l’opportunité vous intéresse vraiment.

  • Je ne pourrai malheureusement pas vous aider/y être, mais je connais quelqu’un qui pourrait certainement vous aider (et nommer cette personne). Avec cette option, vous ne refusez pas vraiment et vous servez l’autre personne.



CONCLUSION


Je l’ai répété à divers moments au cours de cet important épisode, mais si vous aspirez à apprendre à dire non sans culpabilité, vous devez d’abord connaître vos priorités. Je sais que ce sujet est un thème à part entière et c’est pour cette raison que je vous invite à vous inscrire à mon webinaire gratuit sur la gestion des priorités. Les exemples que je partage, les visuels que je présente et les enseignements que je donne vous permettront de mieux gérer vos priorités sur le champ et ultimement, de dire non à ce qui va à l'encontre de celles-ci. Je vous invite à vous inscrire maintenant juste ici et je souhaite sincèrement que cet épisode vous aidera à apprendre à dire non sans culpabilité.


dire-non

LIENS & RESSOURCES MENTIONNÉS DANS L'ÉPISODE


RESTONS EN CONTACT






COMMENT CONTRIBUER AU SUCCÈS DU PODCAST 168 HEURES?


S'ABONNER

Afin de ne manquer aucun épisode, assurez-vous de vous abonner à votre plateforme favorite, que ce soit Apple Podcasts ou Spotify.


TÉMOIGNAGES

Est-ce que vous saviez que les témoignages et les commentaires jouent un rôle important dans l'algorithme d'Apple Podcasts? Plus le Podcast 168 heures aura de témoignages, plus il se fera connaître. Je vous serais donc infiniment reconnaissante si vous pouviez prendre 2 petites minutes de votre temps pour me laisser un avis positif juste ici, en m'indiquant ce que vous avez préféré de cet épisode. Si vous m'écoutez depuis Spotify, évaluez le podcast à 5 étoiles pour me témoigner votre appréciation.


MÉDIAS SOCIAUX

Si cet épisode a résonné en vous et que vous avez appris quelque chose d'utile, il se peut qu'un ami, une collègue ou une connaissance en tire également des bienfaits. N'hésitez pas à partager cet épisode sur les médias sociaux en prenant le soin de m'identifier (@la_planificatrice) pour que je puisse vous remercier et repartager à mon tour!


Merci infiniment. Chaque petite action compte réellement.

Émilie xo



Posts similaires

Voir tout

Comments


bottom of page